Immobilier à Paris : un marché en pause

L’immobilier est un domaine très florissant en France surtout dans la capitale. Ville de lumière, Paris attire tout un monde. Avec sa gaieté et son animation, elle est une destination privilégiée de beaucoup de touristes. Le secteur de l’immobilier est par conséquent très prospère. Cependant, depuis peu la tendance est tout autre. Les prix baissent dans la capitale alors qu’ils augmentent en province. Une situation qui nécessite une analyse afin de connaitre ces tenants et aboutissants.

Un prix moyen à la baisse

En à peine douze mois, le prix moyen de l’immobilier a connu une baisse considérable dans la capitale française. Pour plus d’informations sur les estimations immobilières à Paris, veuillez visiter ce site www.fwfinvest.com. En réalité, le prix moyen de l’immobilier est désormais de 10 451 euros par mètre carré soit une baisse totale de 1,5 %. En ce sens, le prix des petits espaces chute de 1 % alors que les négociations des tarifs deviennent courantes pour les grands domaines. La baisse des prix concerne une grande partie des quartiers de la capitale. La réalité est que les appartements de grande taille trouvent plus difficilement de preneurs contrairement aux petites surfaces.

A lire aussi : Qu'est-ce que la règlementation Bâle 3 ?

Autrefois leader du secteur, Paris ne donne plus la tendance en matière de prix. Pourtant, au plan national le prix moyen de l’immobilier progresse à un rythme très élevé. En vérité, les prix ne baissent que très rarement à Paris. Ainsi, cette baisse drastique est par conséquent, due à plusieurs facteurs. La première raison évocable est sans aucun doute la crise sanitaire et le confinement. Les acheteurs préfèrent acquérir des biens immobiliers dans la grande banlieue plutôt que dans la petite banlieue. Des taux d’intérêt légèrement en hausse au niveau des banques seraient aussi une des raisons du désintérêt des acheteurs. 

Un marché dynamique en province

Le rapport de force en matière de l’immobilier est désormais inversé. Le prix de l’immobilier dans les provinces connait une nette évolution. Le marché de l’immobilier fait état d’un grand dynamisme dans toutes les provinces. En effet, une grande partie de la population montre désormais un intérêt élevé pour les maisons et appartements dans le périphérique de Paris. Cela explique la flambée des prix de l’immobilier dans ces zones. Par exemple au deuxième semestre de 2021, les prix des logements ont subi une nette amélioration contrairement au premier semestre.

A voir aussi : Quel est l'intérêt principal d'une borne tactile ?

Les évolutions sur une période de trois mois sont comprises entre + 1 % et + 2,5 % concernant les appartements. Les maisons sur l’ensemble de la province ont aussi pris de la valeur à hauteur de + 3,5 % cette forte mobilité qu’on ne pourrait pas qualifier d’exode urbain à de toute évidence engendrer une certaine vivacité et dynamisme dans les villes moyennes. Les conditions d’octroi des emprunts immobiliers ont aussi contribué au dynamisme observé dans les provinces. Même si les taux d’intérêt ont connu une hausse, les conditions sont à certains égards avantageuses. Les acheteurs se sentent désormais en confiance en investissant dans des espaces paisibles loin de Paris. 

Ce qu’il faut retenir !

La situation sanitaire et déplacement des populations pour la province ont engendré un phénomène assez rare. Le marché de l’immobilier dans la ville parisienne a en effet, largement régressé au détriment des villes moyennes ou encore de la grande banlieue. Cependant, certains arrondissements conservent encore une part de leur prestige. Par ailleurs, la ville de Paris devrait connaitre bientôt une hausse des prix grâce au retour de potentiels investisseurs et aussi à l’approche des Jeux olympiques.

ARTICLES LIÉS