Le retour des locations meublées à Bordeaux : une opportunité

Avant la crise sanitaire, le monde du tourisme était en pleine explosion. Cela a porté un nombre de propriétaires de biens immobiliers à modifier leur offre, transformant leur appartement locatif en Airbnb. Plusieurs ont même acheté d’autres biens, afin de les offrir en location temporaire aux touristes. Alors que la crise sanitaire s’allonge, une partie d’entre eux remet leur bien en location meublée annuelle. Voici la situation à Bordeaux.

Une époque difficile pour certains propriétaires

Cela peut paraître étrange, alors que le prix de l’immobilier ne cesse de grimper à Bordeaux (malgré une légère baisse des ventes), mais certains propriétaires ne parviennent plus à payer leur crédit et se voient forcer de mettre leur bien en vente. En faute, la pandémie qui nous afflige depuis plus d’un an, et qui a vu les réservations de type « Airbnb » diminuer. En réalité, elles sont presque entièrement à l’arrêt. Ceux qui n’ont pas su s’adapter depuis, ont connu des pertes de revenus sur une année entière ; une durée trop longue pour pouvoir espérer survivre. Les plus sages ont déjà remis leur appartement sur le marché en tant que location meublée, de longue durée.

A voir aussi : Bail emphytéotique : définition

Solution pour les nouveaux logements

Grâce à la gestion locative à Bordeaux, les propriétaires de nouveaux logements qui espéraient entrer sur le marché Airbnb avec leur nouveau bien immobilier, peuvent respirer calmement. En effet, ce type de service permet au propriétaire de laisser le soin de la location de leur nouvel appartement à des professionnels du milieu. En utilisant leur vaste réseau, il trouve rapidement de nouveaux locataires et s’occupe ensuite de la gestion du bien. Cette offre est encore plus populaire qu’auparavant dans la situation de crise sanitaire que nous traversons.

Une augmentation exponentielle de locations meublées

Avant les confinements et les restrictions touristiques que nous connaissons aujourd’hui, trouver une location au cœur de la ville de Bordeaux était pratiquement impossible. Une grande majorité des biens se trouvaient, à l’époque sur des réseaux tels qu’Airbnb, ce qui réduisait grandement l’offre pour ceux qui désiraient s’y établir.

A lire aussi : Qui peut assister à une réunion du conseil syndical ?

Lorsque l’on observe l’offre aujourd’hui, on se rend compte qu’elle a doublé, par rapport à l’année précédente. Un agent immobilier de la région de Bordeaux souligne qu’en une semaine, il lui arrive de transférer jusqu’à trois logements Airbnb en location meublée de douze mois.

Il sera difficile pour l’industrie de la location d’appartements court terme de retrouver toute la dynamique d’avant crise, car les propriétaires seront beaucoup plus hésitants à refaire le saut, inquiet d’un retour potentiel de la COVID-19 ou d’une autre pandémie.

ARTICLES LIÉS