Credit immobilier : le taux minimum en baisse, mais pas partout

Le crédit immobilier est le moyen le plus utilisé par les particuliers pour acquérir une maison. Malgré que ce soit parfois contraignant, plusieurs y ont recours pour une raison ou une autre. Les taux d’intérêt des banques sur ces crédits varient constamment, on note quelquefois des disparités. Que peut-on dire actuellement du taux minimum ?

La problématique de la disparité des taux de crédit immobilier

Le taux de crédit immobilier n’est généralement pas pareil d’un point à un autre. En effet, les banques maintiennent et changent leurs taux en tenant compte des directives des banques centrales et selon leurs marchés. Vous constaterez donc des écarts entre les établissements bancaires de l’Ouest, du Nord ou encore de l’Île-de-France. Ces structures ont des objectifs différents et exercent dans des régions opposées.

A lire également : Prêt viager hypothécaire : les avantages et inconvénients

Le point sur le crédit immobilier courant le mois de janvier

On commence cette année avec une hausse générale des taux d’emprunt, même si dans quelques régions les taux sont plus avantageux. À la fin du mois, les données transmises par les banques révèlent une variation qui oscille entre 10 points et 50 points de bases. Actuellement, le taux moyen pour un emprunt sur 15 ans est de l’ordre de 2,55 %. Par contre, sur une période de 20 ans, ce taux moyen est d’environ 2,65 %. Pour ceux qui présentent les meilleurs profils, les taux sont bien plus avantageux. Sur un prêt de 20 ans, la banque n’applique que 2,10 % et près de 2 % sur un prêt de 15 ans.

Les prêts immobiliers remboursables sur 7 ans présentent les meilleurs taux de crédits, environ 1,85 %. Globalement, les acteurs s’accordent à parler d’une hausse. En effet, en janvier 2022, des prêts étaient accordés à seulement 1 % de bénéfices. Après cette baisse historique, on se retrouve encore avec des taux relativement hauts. La tendance pourrait être haussière tout au long de l’année.

A lire en complément : Comment emprunter pour créer une entreprise lorsque l'on est fiché FICP

La modification du taux d’usure et la hausse des taux d’intérêt

Le taux d’usure est le taux maximum auquel les banques ont l’autorisation d’octroyer des prêts. Jusque-là, ce taux faisait l’objet de révision chaque trimestre. Les institutions se basaient sur les chiffres des trois derniers mois écoulés pour estimer le nouveau taux d’usure. Bien que pratique, cette méthode de calcul représentait petit à petit un frein à l’octroi des crédits. La stratégie n’était plus en phase avec la hausse des taux d’intérêt. Cette situation fut la cause de plusieurs problèmes. La conséquence la plus perceptible est que plusieurs dossiers de demande de crédit immobilier n’ont pas connu de suite. En 2022, on a constaté une baisse du nombre de prêts immobiliers de l’ordre de 20,5 % comparativement aux données de 2021.

Les conditions devenant plus difficiles, la méthode de calcul du taux d’usure a été modifiée. Désormais, le taux d’usure sera calculé chaque mois. Cette décision facilite l’accès au prêt pour les particuliers. Mais, elle induit également une forte hausse du taux d’emprunt. La disposition est entrée en vigueur le 1er février 2023. On estime que le taux d’usure sera probablement de 3,79 % pour les emprunts sur 20 ans, alors qu’il était de 3,57 %. Pour les prêts d’une durée qui varie entre 10 ans et 19 ans, ce taux pourrait être de 3,71 %. Si vous comptez rembourser en moins de 10 ans, votre taux d’usure est de 3,53 %.

ARTICLES LIÉS