Quelles SCPI choisir en 2021 ?

Depuis plusieurs semaines, les vendeurs de SCPI, parfois déguisés en journalistes, parfois déguisés en conseillers financiers (CIF), banquiers ou assureurs, nous ont toujours expliqué que l’investissement dans SCPI est un investissement hautement sécurisé qui a réussi à supporter la crise du coronavirus.

Comment pouvons-nous avoir l’irresponsabilité de faire de telles remarques, alors que nous sommes au cœur d’une crise historique qui remet en cause nombre de nos certitudes  ?

A voir aussi : Immobilier : comment défiscaliser à Rennes ?

Comment osons-nous faire croire aux épargnants que c’est le moment d’investir dans des immeubles de bureaux ou des immeubles commerciaux, quand nous annonçons chaque jour que l’activité économique se détériore, que de nombreuses entreprises font faillite et que, plus précisément pour l’immobilier de bureaux , le télétravail peut-il donner lieu à une évaluation approfondie de notre utilisation des bureaux ?

L’ immobilier commercial est un atout particulièrement sensible à la bonne santé des entreprises. Si les sociétés de location sont confrontées à des difficultés économiques, elles demanderont au mieux un loyer inférieur pour survivre et, dans le pire des cas, elles cesseront de payer leur loyer.

A découvrir également : Qu'est-ce qu'un bitcoin ?

L’ immobilier d’entreprise est directement affecté par la crise économique dans laquelle nous avons été 6 mois. Il ne sert à rien de le nier : Oui, SCPI connaîtra des moments particulièrement délicats dans les mois à venir !

Oui, il y a une forte probabilité que le prix des actions de SCPI baisse dans les mois à venir . Ça ne sert à rien de le nier. Personne ne peut honnêtement dire que c’est le bon moment pour investir dans SCPI.

La valeur des immeubles de bureaux sera devrait tomber, c’est presque sans doute ! C’est dommage de vouloir cacher la situation aux épargnants afin qu’ils puissent continuer à leur vendre SCPI !

Au mieux, même si la valeur des actions de l’IPC reste au niveau élevé demain, il n’y a pas d’urgence à investir. Attendons tranquillement pour le voir plus clair avant d’investir.

Nous sommes au cœur d’une crise historique et la valeur des actions de SCPI est toujours la même qu’avant la crise. Et la raison en est simple : l’évaluation des actions de SCPI ne sera faite qu’une fois par an et la prochaine évaluation sera prévue dans quelques mois.

La personne qui achète des actions de SCPI en septembre 2020 les paie pour le prix de décembre 2019, alors que tout allait bien dans le meilleur dans le monde. Ce n’est évidemment pas une bonne idée.

Il est urgent d’attendre les prochaines évaluations, et peut-être même celles de 2022, avant de voir plus clairement l’impact de la crise du coronavirus sur le cours des actions de SCPI.

Et pour ceux qui croient que le prix des actions SCPI ne peut pas tomber, il est important d’analyser soigneusement le graphique des développements précédents des prix (extrait de cet article « SCPI : En attente d’une diminution de la valeur des actions SCPI avant d’investir ? « ).

ps : Nous trouvons la même euphorie sur l’immobilier parisien logement et immobilier commercial en 2019/2020 qu’en 1990/1991. La spéculation serait-elle le point commun entre les prix de l’immobilier parisien et les prix de l’immobilier commercial ? (voir « Vers une baisse des prix de l’immobilier à Paris, Lyon, Bordeaux, et une hausse ailleurs ? « ). L’avenir nous le dira.

Qu’ est-ce que tu en penses ? Quelle baisse du cours des actions de SCPI en 2021 ou 2022 ?

bientôt Quelle sera l’évolution du cours des actions de SCPI d’ici deux ans ? 30% 20% 10% 0% -10% -20% -30% Résultats de l’enquête Valider ma voix Quelle sera l’évolution du cours des actions de SCPI d’ici deux ans ? 30% 28 (2,64 %) 20% 23 (2,17 %) 10% 99 (9,32 %) 0% 258 (24,29 %) -10% 345 (32,49 %) -20% 208 (19,59%) -30% 101 (9,51 %) retour à l’enquête Quelle sera l’évolution du cours des actions de SCPI d’ici deux ans ? 30% 28 (2,64 %) 20% 23 (2,17 %) 10% 99 (9,32 %) 0% 258 (24,29 %) -10% 345 (32,49 %) -20% 208 (19,59%) -30% 101 (9,51 %) retour à l’enquête

ARTICLES LIÉS