Combien coûtent des obsèques ?

L’organisation des funérailles d’un proche représente une dépense parfois très lourde pour les familles. Combien coûtent les obsèques en France ? Pourquoi anticiper en souscrivant à une assurance obsèques ? Quelle différence avec une assurance décès ? Quel est le coût d’une assurance obsèques ?

Quelle différence entre l’assurance décès et l’assurance obsèques ?

L’assurance décès et l’assurance obsèques sont des produits différents qui sont souvent confondus. Pourtant, si toutes deux sont liées au même événement tragique, soit le décès du souscripteur, la finalité est totalement différente.

A voir aussi : Souscrire une assurance habitation : comment faire ?

Ainsi, l’assurance obsèques permet au souscripteur d’anticiper les dépenses liées à sa disparition. Par exemple, souscrire à la prévoyance obsèques Metlife permet le versement d’un capital aux bénéficiaires désignés pour honorer tout ou partie des frais de funérailles.

En revanche, l’assurance décès ne couvre pas les frais d’obsèques. Certes, au décès du souscripteur, un capital est versé aux personnes mentionnées sur le contrat, mais cette fois, il s’agit de transmettre un capital aux bénéficiaires désignés.

A lire également : Les garanties proposées par une mutuelle senior

Quel est le coût des obsèques en France ?

Réglementé jusqu’en 1998, le marché du secteur funéraire est aujourd’hui totalement libre. Les prix ont rapidement augmenté. Ces derniers ont même connu une augmentation deux fois plus rapide que l’inflation.

A en croire la CPFM (Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie), les disparités en matière de prix sont très importantes selon les régions. Toutefois, en moyenne, il faut compter 3900 euros pour une crémation et 4500 pour une inhumation. Bien évidemment, cela dépend également de la prestation souhaitée.

Le cercueil, une dépense lourde et obligatoire

Que vous envisagiez une crémation ou une inhumation, un certain nombre de frais sont obligatoires dans les deux cas. En effet, la loi impose que le corps du défunt soit placé dans un cercueil à quatre poignées.

Les prix des cercueils varient du simple au quintuple. Un modèle en chêne, un bois noble très demandé, coûte au bas mot 1200 euros. Les prix peuvent rapidement grimper si vous optez pour une finition plus élégante, des poignées de qualité ou encore un modèle supérieur de capiton.

Pour réduire la facture, vous pouvez bien évidemment ne pas choisir de capiton ou préférer des poignées en plastique. Vous avez également la possibilité de choisir une essence de bois nettement moins coûteuse comme le sapin.

Le corbillard, l’autre poste de dépense obligatoire

La loi française exige également que le corps du défunt soit transporté en corbillard avec chauffeur. Pour un enterrement comme pour une crémation, c’est donc une dépense imposée.

A cela, il faut ajouter les transporteurs. Le cadre ne l’impose absolument pas, toutefois, le transport d’un cercueil n’est pas une opération qui s’improvise. Par ailleurs, transporter le cercueil n’est pas toujours une chose que les proches souhaitent faire, ou sont dans la capacité de faire. Il est donc très courant de faire appel à des porteurs formés.

Le coût d’une telle prestation avec 4 porteurs peut débuter à 600 euros. La facture peut rapidement grimper si la cérémonie a lieu dans une autre commune que celle où vivait le défunt par exemple.

Inhumation et crémation, des frais différents

En effet, pour une inhumation, vous devez en plus prendre une concession. Les prix sont très variables d’une commune à l’autre. A Paris intra-muros, les tarifs sont très élevés alors qu’ils sont nettement moins onéreux dans un petit village de Dordogne par exemple. Ensuite, deux possibilités s’offrent à vous : l’enterrement en pleine terre et dans un caveau. Cette dernière solution est de loin la plus coûteuse.

En ce qui concerne la crémation, la plus grosse dépense concerne le crématorium. Il faut également penser aux frais de sépulture et à l’achat d’une case dans un columbarium.

ARTICLES LIÉS