Bail emphytéotique : définition

Le bail emphytéotique est un contrat entre un bailleur et un locataire, qui doit respecter des règles bien établies. Ce type de bail immobilier, qui s’étend sur une période assez longue, donne lieu à un droit réel attribué au locataire. Le paiement d’une charge financière permet au locataire de jouir d’un droit in rem. Le bail emphytéotique offre la possibilité au locataire de faire des améliorations, des constructions sur le terrain d’un bailleur. À la fin du contrat, les installations qui ont été faites appartiennent au propriétaire du terrain. Le bail emphytéotique attribue des prérogatives et des droits à la fois au locataire et au propriétaire. Toutefois, chaque partie doit également remplir certaines obligations.

En savoir un peu plus sur le bail emphytéotique

Un bail emphytéotique est également appelé un contrat d’emphytéose. Il s’agit d’un accord entre deux parties : le bailleur qui est le propriétaire et le locataire ou emphytéote. Les deux parties désignées dans le contrat peuvent être une personne physique ou morale. L’emphytéose, également connue sous le nom de bail emphytéotique, est un contrat de location qui dure de 18 à 99 ans et qui concerne des biens immobiliers tels qu’un immeuble en exploitation, un logement ou un terrain. En vertu de ce contrat, le bailleur reçoit une redevance en échange de la location de son bien d’un locataire. La mise à disposition du bien donne au locataire l’autorisation d’effectuer des investissements afin de l’évaluer de manière durable. Cependant, il y a certaines limitations. Les constructions ou les modifications apportées ne doivent en aucun cas conduire à la dévaluation du bien loué.

Lire également : Immobilier : comment défiscaliser à Lille ?

Avec ce bail, le locataire ou l’emphytéote devient l’usufruitier de toute exploitation effectuée sur ce bien. En contrepartie, il a l’obligation d’effectuer des travaux dans le but d’améliorer les biens dont il tire la jouissance légale. À la fin du contrat, les bâtiments, installations et aménagements entrepris pendant toute la durée du bail sont la propriété du propriétaire. Ces améliorations visant à accroître la valeur de l’actif profitent au bailleur une fois le contrat de location résilié.

Le bail emphytéotique : pour quoi ?

Auparavant, un bail emphytéotique était utilisé principalement pour exploiter des terres en vue de leur transformation en terres agricoles. Ce contrat était courant dans les zones rurales. Le bailleur louait sa terre pour que l’agriculteur puisse la cultiver. Lorsque le contrat était stipulé, le propriétaire récupérait ses biens. Le bail emphytéotique a été initialement utilisé pour développer et augmenter le potentiel d’un bien qui pourrait être des terres agricoles, des espaces ruraux ou des bâtiments ruraux.

A lire également : Immobilier : comment défiscaliser à Rennes ?

Actuellement, ce type de contrat s’est étendu en dehors des zones rurales et ne se limite plus aux terres agricoles. Elle s’applique désormais à d’autres biens immobiliers afin de les utiliser pour les améliorer afin d’augmenter leur valeur ajoutée, grâce à des locataires prêts à investir dans des travaux ou des travaux. Toutefois, ces travaux ne doivent pas nuire à l’existence du bien ni en réduire la valeur.

Le bail d’emphytéose confère au locataire le droit d’exploiter un terrain ou un bâtiment existant. Le présent contrat s’applique à divers types de biens tels qu’un immeuble résidentiel, un bâtiment à usage commercial, industriel ou rural. Les propriétaires profitent ainsi de l’existence de ce bail pour valoriser leur patrimoine, qui est mis à la disposition des opérateurs ou des collectivités locales afin de les transformer en propriété industrielle ou commerciale.

La durée de la location de biens immobiliers dans un contrat emphytéotique

L’un des éléments qui définissent un bail emphytéotique est la durée du contrat. Elle doit être âgée d’au moins 18 ans et ne doit pas dépasser 99 ans. Aucun renouvellement tacite n’est autorisé. Une fois le contrat terminé, l’emphytéote doit libérer le terrain ou le bâtiment, car il ne s’agit pas d’un contrat perpétuel.

Les éléments caractéristiques d’un bail emphytéotique

L’attribution d’un droit véritable au locataire

La conséquence du contrat d’emphytéose est d’offrir un droit in rem au locataire. Ce droit est étroitement lié au bien loué. Le locataire devient usufruitier de la propriété. L’exploitant est libre de faire une cession ou une hypothèque, partielle ou partielle, de son droit de jouissance. Comme le bailleur, il a un droit rem similaire lui permettant de louer les locaux ou de les sous-louer jusqu’à l’expiration du contrat. Il est libre d’effectuer tout type de travail, à condition que cela ne diminue pas la valeur de la propriété. Cela peut être des constructions, des raccords, des améliorations. En aucun cas, le contrat ne doit contenir une clause interdisant ce droit de construction, la conséquence du bail étant un droit de cession libre. Pour qu’un bail emphytéotique soit considéré comme tel, il doit conférer au locataire un droit véritable et des prérogatives. Dans le cas contraire, si le contrat n’offre pas de prérogatives, le preneur n’est pas considéré comme emphytéote.

Un contrat à long terme

Les caractéristiques mêmes du bail emphytéotique exigent une longue durée de 18 à 99 ans. Ces limites ont été fixées par la loi. Ainsi, aucun bail emphytéotique ne dure moins de 18 ans et plus de 99 ans. Si le contrat prévoit une durée inférieure au minimum requis, le contrat est réexaminé. Aucun renouvellement tacite n’est valable dans ce type de contrat. Toutefois, ces deux parties donnent aux parties concernées la possibilité de renouveler le contrat avec le consentement des deux parties. Grâce à cette longue durée, le locataire peut réaliser les travaux, les constructions et les aménagements nécessaires pour en profiter.

Provision contre une redevance

La redevance payée à un bailleur en vertu d’un bail emphytéotique est également appelée arme emphytéotique. Il s’agit d’une contrepartie versée par l’emphyteote au propriétaire en échange de l’occupation et de l’exploitation des locaux. Ce loyer dans le cadre du bail d’emphytéose est un symbole. Son montant est fixé par les deux contractants. Si cette contrepartie est payée en espèces, le montant est fixé au minimum possible, car les dépenses sont à la charge du locataire comme les améliorations, les améliorations, l’entretien… afin d’évaluer le bien. L’intérêt du propriétaire est fondé sur le fait que les installations et les améliorations sont restituées au propriétaire une fois le contrat résilié. La fréquence de paiement est différente en fonction de chaque contrat, elle peut être annuelle. Il peut s’agir d’une contribution en nature ou d’une somme d’argent.

Les étapes à suivre pour finaliser un contrat emphytéotique

Le contrat emphytéotique est un contrat légal qui doit contenir des informations telles que les caractéristiques du bien, son origine, la période d’occupation, le montant et les responsabilités que le locataire doit. Le contrat est déposé devant un notaire pour être authentifié. Ce type de bail est également soumis à la taxe appelée taxe sur la publicité immobilière, qui est essentielle à l’efficacité du contrat à l’égard des tiers.

Bail emphytéotique : les droits et obligations du propriétaire

Quels sont ses droits ?

Le contrat emphytéotique donne lieu à des droits, mais aussi à des obligations pour le bailleur. Ce dernier reçoit la redevance en échange de l’occupation de ses biens immobiliers. Toutefois, si l’exploitant ne remplit pas ses obligations et ne paie pas la somme due sur une période de deux années consécutives, le bailleur peut résilier le contrat. Il en va de même lorsque l’immobilier est gravement endommagé. Si pendant le contrat aucun incident ne se produit, à long terme toutes les modifications apportées par le bailleur sont dues au bailleur, ainsi qu’à ses biens immobiliers.

Quelles sont ses obligations ?

En tant qu’entrepreneur, le bailleur doit se conformer aux conditions du contrat. Il a l’obligation de donner à l’emphytéote la pleine jouissance de la propriété.

Bail emphytéotique : les droits et obligations du locataire

Quels sont ses droits ?

À la signature du contrat, le locataire devient propriétaire du bien pendant toute la durée convenue. Il a des prérogatives. Il a le droit d’effectuer des rénovations, des constructions, afin d’améliorer le bien et a le droit de propriété sur les travaux réalisés. L’emphytéote a la possibilité de profiter de son droit à l’emphytéose ou de le mettre en vente à une autre personne. Ses droits de jouissance peuvent être échangés ou soumis à un cautionnement. Il est libre de créer une activité commerciale et de profiter de la propriété, tout en exerçant les prérogatives d’un propriétaire. Le bien peut être sous-loué pour une période qui n’est pas supérieure à celle du bail. Les installations construites peuvent être louées ou sous-louées à des tiers. Les contrats sont renouvelables, toujours pour une période de courte durée que celle du bail emphytéotique. Le locataire peut opter pour une servitude passive ou obtenir une servitude active pour profiter de la propriété.

Quels sont ses obligations ?

Contrairement à un bail de construction, un bail d’emphytéose n’oblige pas le locataire à construire une construction. C’est toujours une possibilité. Cependant, il a une association pour apporter des changements et des changements pour augmenter la valeur de la propriété. L’emphthéose ne devrait en aucun cas effectuer des constructions qui entraînent une diminution de la valeur de la propriété. A la fin du contrat, il est interdit de détruire les constructions qui ont été faites. En outre, il est tenu de payer la redevance et d’effectuer l’entretien du bien, y compris les diverses restaurations. L’exploitant doit également payer l’impôt foncier et tous les tableaux de dons relatifs à la propriété.

Dans quels cas le contrat est-il rompu ?

Une fois le contrat terminé, le bail n’est plus valide et les conditions ne s’appliquent plus. Le bailleur peut résilier le contrat si le locataire ne paie pas les frais nécessaires sur une période consécutive de 2 ans ou si le bien est gravement endommagé. Enfin, lorsque les termes du contrat ne sont pas examinés, le contrat peut être résilié. La résiliation du contrat arrive également si le bâtiment est dégradé pour un usage public ou si la perte est causée par une dégradation matérielle.

Les avantages d’un bail emphytéotique

Le bail de l’emphytéose fournit un certain nombre de mérites. Du côté du propriétaire :

  • Le bien immobilier a augmenté en valeur une fois que le bien lui revient, à la fin du contrat. Il devient le propriétaire des bâtiments et des installations sans aucun investissement et sans prêter attention à l’emphytéose.
  • Pendant la durée du contrat, il perçoit une redevance, ne paie pas d’impôt foncier ou de charges liées à ses biens.

Le locataire bénéficie également :

  • Ses investissements sont réduits parce qu’il n’a pas besoin d’acheter des terres ou des biens.
  • Il exerce le plein droit de propriété pour toute la durée du bail emphytéotique.
  • Grâce à un très long terme, il a la liberté d’exploiter et de réaliser un profit. Les biens immobiliers peuvent être loués ou sous-loués ou hypothéqués.

Les inconvénients du bail emphytéotique

Un bail emphytéotique signifie pour le bailleur une dépossession de ses biens. Pendant la durée du bail, il n’a pas le droit d’exercer son droit de propriétaire. Le canon n’a qu’une valeur symbolique. Nous ne nous attendons pas à obtenir une somme importante. Le locataire, pour sa part, est synonyme de fin de ses prérogatives de propriétaire. Une fois le contrat expiré, les constructions et les rénovations deviennent la propriété du bailleur. Aucune attention n’est accordée à la construction et au développement de la propriété.

ARTICLES LIÉS